Hawkwind

    Partagez
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 502
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 55

    Hawkwind

    Message par Phil le 3/8/2017, 13:55

    Je possède pas mal d'albums live du groupe notamment Space Ritual , Live'74 , Live '79 , Live Chronicles, Live From The Darkside , Live In Nottingham , Live At Reading '86 ou bien encore Canterbury Fayre .

    Dans une première phase, le groupe préféra privilégier le spectacle scénique global avec des projections d'images et de ce qui deviendront des clips, plutôt que de mettre en avant tel ou tel musicien. Des danseuses notamment la puleuse Stacia furent ajoutées en avant-scène et Del Dettmar jouait souvent derrière les rideaux de la scène à l'abri des regards du public, pendant que deux batteurs (à partir de 1974) scandaient les hymnes répétitifs que scandait entre autres notre ami Lemmy Kilminster , futur Motörhead . Cette époque reste la plus originale avec des disques cultes comme Doremi fasol latido, In Search of Space et le mythique live "Space Ritual" qui restent des œuvres majeures de l'histoire de la musique contemporaine. À cette époque, la musique, les paroles et le spectacle scénique étaient ceux de guerriers célestes, combattant contre ou avec les forces primitives de l'univers, pionniers du mouvement des travellers (et de l'imagerie des films de la Guerre des Étoiles) et succédant définitivement à celui des beatniks et autres clochards célestes.

    Cette période culmina avec l'intervention de l'écrivain britannique de science-fiction et d' heroic fantasy Michael Moorcock qui déclamait des poésies et incantations sur scène. Il figure notamment sur le disque Warrior on the Edge of Time et il est visible, sur scène, en 1985 sur la vidéo et le DVD de la tournée "Chronicle of the black sword" inspirée de son cycle d'Elric.

    Robert Calvert apporta la première personnalisation et mise en avant d'un membre du groupe. Il se déguisait sur scène, adoptant un jeu théâtral, un peu à l'image de Peter Gabriel avec Genesis. La musique s'en ressentit avec le disque Quark Strangeness and Charm. Les guerriers célestes devinrent des marabouts des années quatre-vingt, évoquant des histoires de cryogénisation des corps ou reprenant le personnage d'hell's angel post guerre atomique qu'est Hell Tanner du livre de Roger Zelazny « Damnation alley way », sans oublier la recherche des particules comme les quarks et les charmes.

    Après la mort de Robert Calvert, le groupe, réduit à Dave Brock aborda l'écologie et les indiens (Electric teepee) mais continua à reprendre des thématiques liées à la science-fiction et aux extra-terrestres (Alien 4, Area 54).
    En général, les amateurs d'Hawkwind apprécient les créations parallèles et personnelles des musiciens qui ont contribué au groupe. Robert Calvert, Nick Turner, Alan Davey ont enregistré des disques solos, et même D. Brock a fait des disques sous son nom.

    La musique d'Hawkwind est rock et spatiale. C'est le genre de musique appropriée pour se promener d'une galaxie à l'autre dans des vaisseaux cosmiques lancés à des vitesses folles dans le vide sidéral . Cela n'arrivant pas souvent, on se contentera de pousser le volume sonore à un niveau respectable pour avoir de bonnes impressions. Attention, ce n'est généralement pas « planant »: une rythmique puissante, basse et batterie, émet des pulsations hypnotiques, parfois à des cadences infernales (Brainstorm, Master of universe, Born to go) et la guitare électrique, très présente avec des effets, soutient le martèlement pour décrocher dans des solos parfois éruptifs conduisant à l'occasion Hawkwind à flirter avec le hard rock malgré son enrobage électronique. On note tout de même quelques ouvrages très synthés, et très planants, sur l'ensemble de la discographie.

    Nous ne pouvons pas entreprendre ici une description détaillée de la musique d'Hawkwind, car décrire chaque album serait nécessaire pour être complet. Il y en aurait donc pour plusieurs pages. Leur musique change, mais n'est pas pour autant dans le flot des modes, ni des « catégories », chères aux mélomanes ephémères et peu eclectiques. On ressent cependant bien l'époque de chaque disque par l'exploitation permanente des disponibilités techniques du moment. Par ailleurs, on remarque occasionnellement l'exploitation de mondes musicaux originaux, comme par exemple le Reggae, pour la création de morceaux pourtant toujours dans la lignée « spatiale ». Si l'on doit faire des catégories, la musique d'Hawkwind et de ses relations constitue une catégorie à part entière.

    Normalement, un amateur d'Hawkwind possède une bonne centaine de disques de cette tribu britannique. Le nombre de disques est en effet très nombreux, car en plus de la « discographie principale », on trouve d'innombrables compilations de morceaux sous différentes versions ou dans différents concerts.
    Celle-ci donne les albums constitués de nouveaux morceaux et les albums en public dotés d'un concept spécifique. Les 45 tours, maxi 45, compilations, et concerts divers ne sont pas cités. Par ailleurs, les rééditions remasterisées et complétées ne sont pas non plus mentionnées.

    Hawkwind 1970
    In Search Of Space 1971
    Doremi Fasol Latido 1972
    Space Ritual 1973
    Hall Of The Mountain Grill 1974
    Warrior On The Edge Of Time 1975
    Astounding Souds, Amazing Music 1976
    Quark, Strangeness And Charm 1977
    PXR 5 1979
    Levitation 1980
    Live 79 1980
    Choose Your Masques 1982
    Church Of Hawkwind 1982
    Zones 1983
    Independent Days 1984
    The Chronicle Of The Black Sword 1985
    Live Chronicles 1986
    British Tribal Music 1987
    The Xenon Code X 1988
    Space Bandits 1990
    Electric Teepee 1992
    It Is The Business Of The Future To Be Dangerous 1993
    The Business Trip (Live) 1994
    Alien 4 1995
    Love in Space (Live) 1996
    Distant Horizons 1997
    In Your Area 2000
    Yule Ritual 2000
    Spacebrock 2000
    Canterbury Fayre 2001 2001
    Take me to your leader 2005
    Take me to your future 2006
    Onward (2012)
    Into The Woods (2017)

    Celui que je préfère, c'est celui-ci. Vous avez sans doute remarqué que je l'écoutais souvent :





    Sinon, un bouquin sur le groupe est paru chez Camion Blanc.



    This is Hawkwind… Soyez prudent ! Chaos, drogues, sexe, bagarres, complots, menaces, mutineries et vengeances sont au menu. L’histoire d’Hawkwind est une histoire incomparable où tous les coups sont permis. Lemmy, futur leader de Motörhead et Ginger Baker, légendaire batteur de Cream, ont été tous les deux recrachés comme des noyaux par ce groupe livré au chaos perpétuel. Ils se battaient contre le pouvoir, mais aussi entre eux, comme des chiffonniers, et souvent pour des pacotilles. Mais cette histoire regorge aussi de poésie, de fantastique, de science-fiction haut de gamme, de danseurs et de costumes extravagants, de spectacles hors normes, de sons électroniques et de stridences, de folie psychédélique et de grosses lignes de basse, de light-shows et de riffs hypnotiques. Hawkwind, c’est tout cela jeté dans un énorme shaker, et même beaucoup plus encore. Cette saga chaotique s’étend sur quatre décennies. C’est l’histoire d’un groupe issu de l’underground anglais des années soixante et qui, jusqu’à aujourd’hui, s’est bâti une solide réputation, en jouant dans les festivals gratuits et en donnant des concerts de soutien. Avec l’invention de la transe à base de riffs hypnotiques, Hawkwind était diablement en avance sur son temps. Mick Slattery, premier guitariste du groupe, en frémit encore : « Dikmik bidouillait son générateur, Nik soufflait comme un dingue dans son sax, Dave et moi on jouait en feedback, comme Jimi Hendrix, et Terry massacrait ses fûts. Les stroboscopes jetaient dans ce chaos une pointe de folie furieuse ! » Ce space-rock psychédélique et électronico-punkoïde unique au monde qui flirtait avec l’avant-garde va d’ailleurs initier la scène électro en Angleterre. Les fans de metal et les bikers sont toujours venus grossir les rangs d’un public resté fidèle. Comme par miracle, Hawkwind a survécu. Tel un vieux capitaine de flibuste, Dave Brock maintient le cap, l’œil rivé sur l’horizon.

      La date/heure actuelle est 24/9/2017, 03:32