Resonate

    Phil
    Phil
    Lazy

    Messages : 2134
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 57

    Resonate Empty Resonate

    Message par Phil le 18/9/2019, 18:09

    Voici donc le verbatim de la présentation de l'album Resonate de Glenn Hughes, ayant eu lieu ce samedi 14 septembre  :

    Il me faudrait certainement plus d'une "Puce à l'Oreille" pour retracer la carrière de Glenn Hughes tant celle-ci fut parsemée d'étapes ô combien importantes. Né en 1952 dans la charmante petite ville de Cannock, il apprend très vite la basse et se rend compte qu'il est doté d'un joli brin de voix.
    Il décide donc "d'aller faire l'acrobate" dans un groupe nommé Trapeze et ce, en 1969. Succès modeste certes dans un premier temps, mais nos compères réalisent des albums pour le moins sympathiques. Le premier Trapeze oscille entre pop rock, ballades et quelques influences psychédéliques tandis que les deux suivants Medusa (1970) et You Are The Music...We Are Just The Band lorgnent vers un hard rock teinté de funk music. Cela démangeait (un peu comme une piqûre de moustique) notre ami Glenn de se tourner vers ce genre de registre et ce, depuis un moment. Deux albums qui reçoivent un excellent accueil surtout avec un Glenn Hughes qui brille vocalement et un Mel Galley, étincelant à la guitare sur les différentes plages de cet opus. Ainsi aucun grain de sable ne pouvait théoriquement enrayer cette machine si bien lancée.

    Eh bien si......En juin 1973, Glenn Hughes est contacté par certains membres de Deep Purple qui est au plus mal. En effet, le chanteur Ian Gillan et le bassiste Roger Glover ont claqué la porte suite à de nombreux conflits avec l'ombrageux Ritchie Blackmore. Jon Lord, le claviériste du groupe, impressionné par ses talents de vocaliste et de bassiste, le recrute derechef. Problème, l'ami Hughes devra partager le chant avec une autre valeur montante : David Coverdale. La collaboration se passe plutôt bien puisque successivement paraissent deux très bons albums Burn (1974) et Stormbringer paru en fin de cette même année. Peu à peu, la complicité entre Hughes et Coverdale s'étoffe mais a pour inconvénient de créer des tensions avec toujours le même larron : Ritchie Blackmore. 1975 : le divorce est consommé à cause de cette nouvelle orientation bien plus axée sur ce mélange de hard rock et de blues. Blackmore quitte le groupe après un concert à Paris qui sera immortalisé bien plus tard sur le double live Live In Paris - La Dernière Séance. Certains en laisseront une partie de leur audition notamment sur le solo de l'homme en noir sur You Fool No One. Après un live intitulé Made In Europe, paru en 1976, Hughes et Coverdale recrutent le talentueux Tommy Bolin à la guitare avec qui ils publieront Come Taste The Band. Une autre complicité, celle-là plus malsaine, va occuper Hughes et Bolin : la drogue. Le dernier mentionné s'en va vers d'autres cieux le 4 décembre 1976. Vraiment dommage quand on sait que ce dernier avait joué entre autres sur le Spectrum de Billy Cobham. Un talent vraient gâché.

    C'est à partir de là que notre ami va s'éparpiller un peu dans tous les sens. Encore aujourd'hui. Entre carrière solo brillante ponctuée par des albums d'excellente facture comme Play Me Out (moi, je l'aime pas, chui-là), L.A Blues Authority (1992), Songs In The Key Of Rock ainsi que le percutant live Burning Japan Live et des projets ou collaborations à tout va comme le succulent album Hughes And Thrall (1982), Thrall ayant été le guitariste de Pat Travers, Run For Cover de Gary Moore (1985), Seventh Star (1986) et tout récemment Joe Satriani (2018) pour son album What Happens Next où étonnamment, il ne chante pas, notre ami est sollicité de toutes parts.

    Il va, cependant, se stabiliser en participant au projet réunissant Joe Bonamassa à la guitare, Derek Sherinian aux claviers et Jason Bonham  (le fils de...) à la batterie, projet intitulé Black Country Communion qui publiera successivement 5 albums dont un live au demeurant superbes. BCC est une sorte d'exutoire puisque dans l'une de ses chansons intitulée Cold, il fait mention ou plutôt rend hommage aux amis qu'il a perdus à cause des stupéfiants. Il se considère ainsi comme une sorte de survivant. Votre serviteur, en compagnie d'un copain, aura l'opportunité d'en parler avec lui lors d'une interview réalisée à l'occasion de la sortie du deuxième opus en 2011 de Black Country Communion. D'ailleurs, je ne remercierai jamais assez Monsieur Olivier Garnier pour nous avoir obtenu cet entretien.

    Néanmoins, sa carrière solo reste reste une priorité et v'là ti pas que le sieur Hughes réapparaît sous la forme d'un album intitulé Resonate en 2016. Je sais bien que ce n'est pas de toute première fraîcheur. Lui non plus en même temps......mdr. Mais bon, cela me titillait de vous le présenter depuis longtemps. Sur ce titre intitulé Heavy, que je vais vous faire entendre, on est en power trio, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers est de la partie, on est dans un registre lourd, "pachydermique" même (ca y est, je l'ai casé !!!!!!!) et brut de pomme. Bref, on va droit au but, le tout ponctué d'orgue affûté et de basse vrombissante. Attention aux oreilles !!! Ca va "RESONATE" dans la Bib de Gagny !!!

    Resonate Glennh12



    Resonate Club110

    Resonate Club210

      La date/heure actuelle est 19/2/2020, 07:47