chroniques personnelles

    Partagez
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 19:40



    Il y a des albums qui, comme ça, vous marquent et que vous remettez inlassablement sur la platine. Assault Attack du MSG est de ceux-la. Entre un morceau-titre en guise d'opener, efficace et son roulis de batterie orchestré de main de maître par le génial Ted McKenna, le bluesy Rock You To The Ground mettant en exergue la voix de Graham Bonnet, écorché vif devant l'Eternel, le pétillant Dancer, le non moins excellent et entêtant Samuraï où le Schenk dégaine son épée guitaristique tel un...........samouraï, le pesant Desert Song où là passe la basse de Chris Glen, rien ne repousse après son passage, le très carré Broken Promises et le très UFOien Searching For A Reason (mon morceau préféré de l'album depuis toujours et ce, grâce au petit solo final tout en finesse comme sait le faire le Schenk) et l'instrumental Ulcer qui vient clore cet opus telle une charge de cavalerie, on subit un véritable assaut en écoutant cet album impérial de bout en bout et qui le restera encore un bon bout de temps.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 19:41



    Cet album intitulé The Purple Album, y en a qui ne l'aiment pas et d'autres qui l'apprécient pour ce qu'il est, à savoir un hommage de la part de David Coverdale au groupe qui l'a fait connaître, Deep Purple qui, à l'époque venait à peine de sortir d'une crise très sérieuse, suite au départ de Ian Gillan et de Roger Glover après un concert donné à Osaka en 1973. Je fais partie pour ma part de la seconde catégorie. Burn en opener, quoi de plus normal ? Délivré dans une version surpuissante et nourri de soli à ne plus savoir qu'en faire, le titre est vachely bien interprété avec certes un Coverdale, assisté de ses "employés" pour assurer les choeurs et les parties aigües autrefois assurées par Glenn Hughes. Ca continue sur un You Fool No One assez déconcertant démarrant presque sur un rythme zeppelinien très saccadé pas forcément du meilleur goût. Love Child me semble bien exécuté et contrairement à ce que l'on pourrait penser, je l'ai écouté en long, en large et en travers Come And Taste The Band (d'où est extrait ce morceau), pas à sa sortie mais aux alentours de 77-78. La voix du Cov' n'est plus évidemment celle qu'elle était, plus éraillée, plus fatiguée aussi après tout ce qu'il lui a fait subir surtout depuis 1987 en changeant de registre (passer d'un hard bluesy très chaleureux à à un hard rock US certes puissant mais au final beaucoup moins intéressant). Sail Away extrait de Burn, j'ai toujours aimé et là, la version acoustique qui nous est proposée, est magnifique. L'on y retrouve une voix plus chaude de la part du Cov', celle qu'il aurait dû toujours garder à mon humble avis. C'est au tour de The Gypsy d'être revisité dans un esprit relativement fidèle avec quelques petits arrangements en plus. Lady Double Dealer qui a fait l'objet de nombreuses versions live, débute ici sur des battements de coeur repris par la batterie râgeuse de Tommy Alridge surnommé "Le Bucheron des Carpathes" (mdrrrr). Une version honorable qui ne restera pas dans les annales mais qui a le mérite d'être interprétée avec une redoutable efficacité. Les fans de la Mark III n'avaient qu'un souhait : celui de ré-entendre une nouvelle version de Mistreated laissée à l'abandon depuis le 20 août 1983, jour de la prestation du groupe au Festival de Donington. Il s'agit d'une très belle interprétation où l'on y retrouve quand même ce qui faisait le charme de cette chanson : la chaleur de la voix et une progression dramatique émouvante deux paramètres incontournables de cette Mark III qui prit fin après un concert à Paris le 7 avril 1975. J'en connais certains qui s'y trouvaient....mdrrrrrr. On continue sur un Holy Man acoustique de toute beauté puis sur un Might Just Take Your Life introduit sur une note très bluesy en lieu et place de l'intro aux claviers de feu Jon Lord. You Keep On Movin est un titre qui m'a toujours fait tripper que ce soit en studio ou en live. Cette basse entêtante du début, puis la voix ensorceleuse de Coverdale me laissent à penser qu'il s'agit vraiment d'un des meilleurs titres si ce n'est le meilleur à mon humble avis. Et puis, il y a Soldier Of Fortune où là, on franchit un cap dans l'esthétisme car tout le monde devrait avoir écouté cette chanson une fois dans sa vie. Encore là sur cet album-hommage, l'interprétation y est gorgée d'une sensiblité grandeur nature. Lay Down Stay Down nous est proposée dans une version convenable avec malheureusement cette nappe de soli dont on se demande même quand cela va finir puis Stormbringer, title-track du 2ème de la Mark III que j'ai toujours largement inférieur à Burn (c'est encore mon point de vue) nous est envoyés dans une version certes décapante et très "actualisée" (avec ce que cela sous-entend comme idée derrière). Lady Luck et Comin'Home sont des bonus tracks intéressants dans leur ré-interprétation, plus le premier que le second car sur Comin' Home, l'avalanche de soli nuit sans doute à l'esprit initial de ce titre.
    Je crois donc que concernant cet album, il faut le considérer comme un hommage à ce groupe qui a amené le Cov' vers les hautes sphères que l'on connaît aujourd'hui et force est de reconnaître que l'exercice est quand même pas trop mal réussi pour ce chanteur qui nous a accompagnés dans notre parcours musical.


    Dernière édition par Phil le 30/8/2017, 23:25, édité 1 fois
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 19:46



    On n'imaginait pas que le Quo sortirait un jour un live acoustique. Eh bien, c'est fait. Il est vrai que cela crée une rupture avec ce que l'on a connu lors la tournée The Frantic Four et toute la ribambelle de live qui sont sortis ensuite mais bon, le groupe s'en sort avec les honneurs et ce, grâce à un public venu en masse les soutenir à la célèbre Roundhouse de Londres, nous proposant ainsi des versions originales de leurs standards comme Caroline, Don't Drive My Car, Whatever You Want, What You're Proposing, Down Down, Rockin' All Over The World (de John Fogerty), Paper Plane et Rain. Etonnant, en effet d'avoir pris ce risque. Bien évidemment, tout est loin d'être parfait car il y a des titres un peu mielleux comme Claudie. Globalement, c'est sympa mais pas indispensable. Voilà, on s'arrêtera là car "sympa" est l'adjectif qui qualifie le mieux ce nouveau live.
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 19:48



    SRV album In step 1989

    dernier studio du génial Texan, il arrive après trois ans de désintoxication et annonce un retour en état de grâce du guitariste.En effet, ce dernier est ici en pleine forme avec son groupe Double Trouble et les titres proposés sont absolument remarquables.Feeling, classe, maitrise du rock blues comme jamais, grande maturité dans son jeu, arrangement aux petits oignons, tout est rassemblé ici pour faire de cet album le meilleur de SRV: House is rocking , tightrope ou encore la merveilleuse ballade Riviera Paradise nous emmènent très loin, bien au delà de la simple musique mais plutôt vers les cieux.

    riviera paradise

    crossfire
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 19:57

    'tin, on y a mis l'feu au topic... Laughing Laughing Laughing
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:00



    Spirit Spirit of 76 1976

    Je vais être clair: Spirit est un des trésor de l'histoire du Rock (avec un grand R) aumême titre que Little Feat, Vanilla fudge et quelques autres.
    Ce double album est une pure merveille avec une richesse, une virtuosité musicale, un écclectisme rarement atteint et parfaitement maitrisé par le cerveau de Randy California: Lady of the Lake, victim of society, like a rolling stones nous emmenent au delà de la musique mais vers le génie absolue!!
    Ecoutez-le (ainsi que les quatres premiers albums studios du groupe) et vous decouvrirez des trésors musicaux incroyables:

    like a rolling stone

    victim of socitey


    Dernière édition par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:01, édité 1 fois
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:00

    Phil a écrit:'tin, on y a mis l'feu au topic... Laughing Laughing Laughing

    Very Happy Very Happy cheers cheers cheers lol! lol! lol! lol!
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:15



    UFO Force it 1975

    Force it est le premier album integralement heavy du groupe et le second du blondinet Schenker.
    Celui-ci y montre tout son génie par des riffs et des mélodies d'anthologie.Ces titres sont tellemnt brillants qu'ils sont toujours joués en grande partie par le groupe: this kids, shoot me, let it roll...
    Cet album est frequemment cité comme un des meilleurs albums des seventies avec light out et Obsession.

    let it roll

    mother mary
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:17



    Quand j'ai lieu éventuellement de sortir un album de Rammstein, je me prends souvent les deux premiers albums Herzeleid, Sehnsucht ou bien encore ce Live Aus Berlin particulièrement détonnant qui capte la tournée Sehnsucht que j'ai vue lors notamment de leur passage parisien à l'Elysée Montmartre. Ca reste pour moi un excellent souvenir avec notre ami Flake naviguant sur le public à l'aide d'un canot pneumatique sur Seemann, morceau qui conclut ce double live fantastique.Et puis, il y a la pyrotechnie particulièrement développée chez Rammstein. Tout "prend feu" (façon de parler) pendant leur concert, même le micro de Till, le chanteur. Ensuite, il est vrai en ce qui me concerne que Mutter, Reise Reise, Rosenrot et Liebe Ist Für Alle Da n'ont pas été aussi percutants que ceux qui ont été pré-cités. Un réel bonheur, ce Live Aus Berlin.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:21



    La voix rocailleuse de Jimmy Barnes ne l'a jamais empêché de chanter de la soul music. Ce qu'il fait d'ailleurs avec brio sur ce double live enregistré au Basement de Sydney en décembre 2000. On y retrouve certains des plus grands classiques de soul comme Ain't Too Proud To Beg, Land Of A Thousand Dances, Respect (en intro), 634-5789 et bien d'autres encore. A savourer sans modératio
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:21



    MSG the unforgiven 1997


    Beaucoup de fans du blond germain ont oublié les nineties dans sa carrière, pourtant après une partie plus faible, il revient en forme avce written in the sand (1995) et deux ans plus tard avec the unforgiven.
    Les titres sont heavy, inspiré et quand il fait chanté sa flying V, le maitre est en forme.Indéniablement, il y a des titres solides, inspirés, dans la lignée, certes, de ce qu'il a toujours fait, mais ici pas de faux pas: pilot of your soul, hello angel, tower etc sont toujours aussi bon 20 ans après leur réalisation.

    the tower

    pilot of your soul
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:23



    On vole très haut avec cet album du guitariste albinos publié en 1977. A peine sorti de la déflagration provoquée par le Captured Live, Winter remet le couvert en compagnie de Muddy Waters et nous propose cet album de haute volée. A écouter sans modération ce bon vieux blues qui survivra à toutes les modes.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:24



    Ce triple live de Gov't Mule intitulé Dub Side Of The Mule capté le 31/12/06 au Beacon Theatre de NY est globalement plein de qualités. Le premier cd reprend certains standards du groupe comme Thorazine Shuffle, Larger Than Life, Sco-Mule et Painted Silver Light. On y trouve également une superbe (quand je dis "superbe", le mot est vraiment faible avec un Warren Haynes en état de grâce vocalement parlant) interprétation de Whiter Shade Of Pale de Procol Harum et de Play With Fire des Stones en version reggae, cette dernière étant comparable à celle qui figure sur le live Holy Haunted House.

    Sur le deuxième cd, nous assistons à un show reggae de Toots Hibbert, vous savez celui Toots And The Maytals qui, début 80 avait réussi à enregistrer et publier le lendemain le live du concert qu'il avait donné à l'Hammersmith Palais (pas "Odeon"). Sympa mais bon au bout d'un moment....

    Le 3ème cd accueille Gregg Allman et John Popper (Blues Traveler) pour un set endiablé. A noter des versions toniques de Hard To Handle et émouvantes d'Endless Parade.
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:28



    Blue Murder s/t 1989

    Viré du serpent blanc par Coverdale, Sykes forme un super groupe avec Tony Franklin (bass) et la légende Carmine Appice (drums).Le but est de revenir au heavy rock des seventies avec jams et impros (cela se vérifira en live).
    Ici on est dans la continuité de l'album 1987 du Snake et tous les titres sont une réussite absolu.L'echec de cette merveille reste incomprehensible).La musicalité et la technicité des trois musiciens est remarquable et portent des titres comme valley of the kings, sex child, black hearted woman....
    A (re) decouvrir de toute urgence!

    valley of the kings

    jelly roll
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:31



    "Même pas honte". d'aimer ce live de Véronique Sanson qui poutre sévère avec des versions percutantes de Y a pas de doute, Bernard's Song et Rien que de l'eau. Sont également présents des titres empreints d'une grande sensibilité comme Le Temps est assassin et Seras-tu là. Notre ami bassiste Leland Sklar (Phil Collins, Toto) accompagne la belle qui, vocalement, est absolument au top...................Sinon le guitariste s'appelle Keith Airey, le frère de Don.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:32



    Blues Pills aime les albums live car on en est déjà au deuxième après seulement quelques années de carrière. Oeuvrant dans un rock 70's, ce que l'on remarque immédiatement chez ce groupe, c'est la gouaille vocale de la jeune et jolie Elin Larsson. Dotée d'une voix puissante, elle envoûte littéralement son auditoire notamment sur ce Live capté au Freak Valley Festival de Netphen Deuz le 30 mai 2014. Notre fierté franchouillarde sera d'autant satisfaite que le groupe comprend en son sein un jeune guitariste ô combien talentueux répondant au doux nom de Dorian Sorriaux. Pour un jeune groupe, on sent une grande cohésion et une grande maestria quand il s'agit d'envoyer la sauce. Un groupe qui, j'en suis convaincu, est promis à un bel avenir.
    avatar
    sykes-shenker
    Lazy

    Messages : 319
    Date d'inscription : 02/08/2017
    Age : 42
    Localisation : Bordeaux

    Re: chroniques personnelles

    Message par sykes-shenker le 30/8/2017, 20:34



    Johnny Winter second Winter 1970


    Ahhh Jeannot l'Hiver, mort récemment et dont j'ai eu la chance et l'honneur d'assister à un de ses derniers concerts à l'Olympia où il partageait l'affiche avec Warren Haynes, réalisait ici un de ses meilleurs albums studio.
    La période voulant de jouer vite et fort, Winter se tourne vers le heavy rock et réalise un album d'une classe et d'une virtuosité à toute épreuve.Feeling, melodies rapidité d'éxecution, technicité foudroyante, maitrise du blues à un niveau rarement atteint, la folie blues rock est ici à son sommet:

    the good love

    fast life rider
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:38



    tin, il groove cet album de Mother's Finest intitulé Goody 2 Shoes & The Filthy Beasts. On les connaît nos Georgiens adorés après le concert de tueurs qu'ils nous ont donné tout récemment au New Morning. Si vous aimez un rythme qui claque entre le hard rock et le funk, une basse slappée , une chanteuse (Joyce Kennedy) à la voix très "Tina Turnerienne" mais également un autre chanteur qui l'accompagne (Glenn Murdock) , cet album est pour vous.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:46



    Que 4 titres mais quel bonheur d'écouter ce mini-LP live intitulé The High Road enregistré en 1983 au célèbre mais disparu Apollo Theatre de Glasgow. Le groupe était alors sur le point de splitter et devait sans doute s'acquitter d'un dernier album, fut-il aussi court. Ce live contient véritablement 4 perles. Can't Let Go démarre sur les chapeaux de roue suivi d'un My Only Love où notre ami, Phil Manzanera fait étalage de tout son talent guitaristique. Deux reprises viennent clôturer ce magnifique live : Like A Hurricane délivré dans une version décapante et Jealous Guy de John Lennon interprété ici avec émotion. Bryan Ferry et sa voix enjôleuse et enivrante, secondés par un groupe de "tueurs" dont entre autres Phil Manzanera à la guitare et Andy MacKay au saxophone. Quelques années plus tard paraitra un double live intitulé Heart Still Beating captant aux Arènes de Fréjus cette bien belle tournée.
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 20:49



    Une usine à tubes de rock bien carré, cet album de Bryan Adams qui n'a pas pris une ride depuis sa sortie en 1983. Entre Run To You et sa mélodie attachante et entêtante, Somebody et son refrain facile à retenir, Summer Of '69 nostalgique à souhait d'une époque révolue, l'émouvante ballade Heaven et le duo avec Tina Turner sur It's Only Love, Reckless décrocha immédiatement la timbale et permit au p'tit Bryan d'accéder au statut de star internationale. L'écurie Adams/Vallance fonctionna parfaitement à cette époque. A côté de ces tubes, les titres pêchus tels que One Night Love Affair, She's Only Happy When She's Dancin', Kids Wanna Rock, Long Gone et Ain't Gonna Cry finissent d'achever son auditeur. Son meilleur album, indubitablement.
    Aujourd'hui, c'est bien pourri, ce qu'il nous propose....
    avatar
    stephs66
    Lazy

    Messages : 935
    Date d'inscription : 01/08/2017
    Age : 52
    Localisation : En face de l'église

    Re: chroniques personnelles

    Message par stephs66 le 30/8/2017, 20:58

    Bon les mec, faut arrêter les amphétamines ... Smiley feuille de cannabis mort de rire .
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 21:02



    Ce double LP live est vraiment de toute beauté et retranscrit parfaitement bien l'ambiance d'un concert du groupe. Bob Catley vieillit et cela s'entend bien évidemment sur sa voix qui, sur les notes les plus hautes, peine un peu. Celle-ci se veut être moins claire qu'avant plus rocailleuse, on va dire mais bon, il n'y a pas le feu au lac. Les autres membres du groupe comme les excellents Tony Clarkin à la guitare et Mark Stanway (ex-Grand Slam) aux keyboards. Al Barrow le bassiste et Harry James (Thunder) ne sont pas en reste car avouons que la section rythmique sur des morceaux plus enlevés comme Black Skies, Blood Red Laughter et Dance Of The Black Tattoo est particulièrement percutante. Particulièrement bien produit, ce live nous replonge aussi dans les ambiances de ces bons vieux classiques que sont How Far Jerusalem, Les Mort Dansant (pas de "s", ça doit être voulu...), Vigilante et Kingdom Of Madness. Un très bon live pour un groupe qui n'a jamais eu trop de chance, ceci sans doute étant dû à de mauvais choix...
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 21:04



    Un bien bel album doté d'émotion sur la quasi-totalité des morceaux proposés et ce, grâce à un David Gilmour qui nous gratifie d'un opus très personnel, très intimiste aussi. Alors oui, il y a cette fameuse polémique autour du jingle SNCF sur le morceau-titre. Sans être trop envahissant, ce jingle se fond parfaitement dans le mid-tempo de ce titre savamment construit. L'ambiance est floydienne bien évidemment (comment renier ses origines musicales à son âge ?????). C'est trop tard mdrrr. Ceci dit, un titre plus jazzy intitulé A Girl In A Yellow Dress marque sa différence et demeure, à mon avis un des points d'orgue de cet album qui suinte la Beauté avec un "B"", Beauté qui transparaît dans cette pochette absolument superbe. Cet album est pour moi, une bien belle réussite, apaisant à souhait (je n'ai pas dit "soporifique"), mettant en exergue tout le talent de ce GRAND Monsieur de la Musique.

    Invité
    Invité

    Re: chroniques personnelles

    Message par Invité le 30/8/2017, 21:04

    pinaise 4 pages en 1 journée Shocked
    avatar
    Phil
    Lazy

    Messages : 1818
    Date d'inscription : 31/07/2017
    Age : 56

    Re: chroniques personnelles

    Message par Phil le 30/8/2017, 21:05



    Ca y est, j'ai entre les mains 2ème opus de nos Lyonnais préférés !!!!!!!!!!!! Après un 1er album de qualité autoproduit en 2014 qui reçoit un très bon accueil par la presse spécialisée, le groupe a sorti ces jours-ci ce 2ème opus intitulé sobrement II qui reprend brillamment les recettes utilisées dans le premier effort à savoir des morceaux rugueux et efficaces composés par des musiciens talentueux soucieux de faire plaisir à leurs fans dont je fais partie.

    L'album à la pochette énigmatique semblant représenter une sorte de paradis devenu aujourd'hui, inaccessible s'ouvre sur un Frenetic Traffic, un titre au rythme............frénétique donc sans temps mort. La chanteuse, Sylvaine Deschamps-Garcia, grâce à sa voix rocailleuse et envoûtante, très "plantienne", nous transporte dans ce torride univers blues rock. Derrière, ça bastonne sévère et bien évidemment, nos Rhodaniens ont envie d'en découdre sévèrement. Ca continue avec le très syncopé et très carré Lol Lizard à la fois, titre virant de temps à autre vers du rock sudiste bien ficelé qui laisse parfois place à des harmonies guitaristiques de fort bon goût de la part de nos deux artilleurs en chef Fabrice Dutour et Christophe Oliveres. Le batteur Nicolas Ammollo exécute un travail d'orfèvre tandis que la belle Sylvaine nous propose une performance vocale absolument hallucinante. Dancing With The Devil et sa rythmique de plomb clouent littéralement l'auditeur sur place. Force est de constater que le groupe a étoffé le son de sa musique et ce, grâce à une production particulièrement soignée.

    Le rentre-dedans est manifestement à l'ordre du jour chez Back Roads et ce n'est pas ce Put You On Hold qui nous contredira légèrement axé sur le riff introductif de My Sharona de The Knack, le tout chapeauté par le chant quasi-épileptique de Sylvaine. Un morceau très fort s'il en est qui aura certainement son impact en live. Le morceau suivant Trouble Hotel, lancinant, entêtant et pachydermique à souhait, presque "sabbathien" nous pousse dans nos retranchements. Le solo final est de toute beauté. Sans jamais forcer sur sa voix, Sylvaine nous conduit, nous transporte dans ce marais rempli de dangers multiples desquels personne n'est en mesure de se soustraire. Envie de passer de l'autre côté (y aurait-il une référence au Break On Through des Doors de par le thème abordé ?) au prix même de sa vie car lasse de ce monde qui devient fou, notre vocaliste s'engage et ce, dans un élan de paix avéré ("I'm not a stranger, I'm not a danger, I'm just a neighbour") dans une sorte de monde parallèle qui n'en est pas pourtant moins dangereux.

    Free Fall nous montre à quel point le quintet dispose de multiples ressources piochant de temps à autre dans divers registres : intro aérienne puis riff saccadé, tout ceci chapeauté par une voix suave et des choeurs parfois soul.

    Cet album pourrait s'apparenter à une sorte de combat à mort et tel est bien le cas dans ce titre Duel To The Death, porté par une guitare slide larmoyante (à l'agonie ?) un combat contre tout ce que l'on vit aujourd'hui, contre les dérives de l'Humanité qui, aujourd'hui, ne mérite plus de porter son "H" majuscule. Reste à définir le mot "Death" dans ces lyrics ô combien sombres et pessimistes. Que représente t-il ou qui représente t-il ? De multiples interprétations sont de toute évidence possibles.

    L'accent zeppelinien est bien évidemment très présent sur Stop, Blow Hot And Cold et ce, grâce aux divers contre-temps assénés par le batteur Nicolas Ammollo et la basse vrombissante de Franck Mortreux. Les choeurs itératifs assurés par un invité répondant au nom de Jean-Michel Leonetti renforcent l'aspect angoissant dégagé tout au long de l'album.

    The Ship Of Fools et son intro acoustique à la Zep nous entrainent une nouvelle fois vers quelque chose de très syncopé mais accrocheur. Fabrice Dutour et Christophe Oliveres se partagent ce délicieux refrain qui ne vous lâche pas le tout emporté par la voix plaintive de Sylvaine et ce, jusqu'à la fin du morceau.

    Ce deuxième album se veut être le reflet d'un groupe qui a maturé dans le processus de composition et je vous invite à vous le procurer au plus vite tant il respire (suinte ?) la générosité de nos amis qui y ont mis tout leur coeur (de Lyon) pour réaliser ce petit bijou. En un mot, c'est "FA-BU-LEUX" !!!!!!!!

    Contenu sponsorisé

    Re: chroniques personnelles

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est 20/9/2018, 10:30